Home   •   Inbox   •   News   •   Critiques   •   Theme Credit
February 2014
23

titre du film critiqué

Equitis Romani autem esse filium criminis loco poni ab accusatoribus neque his iudicantibus oportuit neque defendentibus nobis. Nam quod de pietate dixistis, est quidem ista nostra existimatio, sed iudicium certe parentis; quid nos opinemur, audietis ex iuratis; quid parentes sentiant, lacrimae matris incredibilisque maeror, squalor patris et haec praesens maestitia, quam cernitis, luctusque declarat.

Dum haec in oriente aguntur, Arelate hiemem agens Constantius post theatralis ludos atque circenses ambitioso editos apparatu diem sextum idus Octobres, qui imperii eius annum tricensimum terminabat, insolentiae pondera gravius librans, siquid dubium deferebatur aut falsum, pro liquido accipiens et conperto, inter aliaexcarnificatum Gerontium Magnentianae comitem partis exulari maerore multavit.

Quam ob rem circumspecta cautela observatum est deinceps et cum edita montium petere coeperint grassatores, loci iniquitati milites cedunt. ubi autem in planitie potuerint reperiri, quod contingit adsidue, nec exsertare lacertos nec crispare permissi tela, quae vehunt bina vel terna, pecudum ritu inertium trucidantur.

Inter quos Paulus eminebat notarius ortus in Hispania, glabro quidam sub vultu latens, odorandi vias periculorum occultas perquam sagax. is in Brittanniam missus ut militares quosdam perduceret ausos conspirasse Magnentio, cum reniti non possent, iussa licentius supergressus fluminis modo fortunis conplurium sese repentinus infudit et ferebatur per strages multiplices ac ruinas, vinculis membra ingenuorum adfligens et quosdam obterens manicis, crimina scilicet multa consarcinando a veritate longe discreta. unde admissum est facinus impium, quod Constanti tempus nota inusserat sempiterna.

Non ergo erunt homines deliciis diffluentes audiendi, si quando de amicitia, quam nec usu nec ratione habent cognitam, disputabunt. Nam quis est, pro deorum fidem atque hominum! qui velit, ut neque diligat quemquam nec ipse ab ullo diligatur, circumfluere omnibus copiis atque in omnium rerum abundantia vivere? Haec enim est tyrannorum vita nimirum, in qua nulla fides, nulla caritas, nulla stabilis benevolentiae potest esse fiducia, omnia semper suspecta atque sollicita, nullus locus amicitiae.

February 2014
23

Robert Downey Jr roi de l’impro : c’est à cause de cela qu’il n’a pas joué dans Gravity

Alfonso Cuaron explique pourquoi Robert Downey Jr n’a pas obtenu le rôle de Matt Kowalski, et cela n’a rien à voir avec un problème d’emploi du temps !

Avant de caster Sandra Bullock et George Clooney sur GravityAlfonso Cuaronavait approché d’autres stars hollywoodiennes, dont Angelina Jolie et Robert Downey Jr. L’actrice n’a pu incarner l’astronaute Ryan Stone, car à force de repousser le projet, elle est partie sur d’autres films. Le réalisateur avait déjà abordé le sujet, et il en reparle très précisément au micro de The Hollywood Reporter: ”Quand on a commencé à développer le film, on a essayé plusieurs technologies. L’avantage, c’est qu’on pouvait tester pleins de trucs. Et j’ai pu en parler avec quelques comédiens, dont Angelina Jolie, mais elle a finalement signé pour un autre film (Maléfique, ndlr), avant de se mettre à la réalisation (d’Au pays du sang et du miel puis Unbroken).”

En revanche, le cas de Robert Downey Jr est différent. Ce n’est pas à cause de son emploi du temps surchargé que l’acteur n’a pas pu jouer dans Gravity… mais parce qu’il ne peut pas résister à l’improvisation ! "Avec lui, on a vite compris que la technologie serait un obstacle. Je trouve que Robert est fantastique quand il est libre d’improviser, d’inventer des trucs. Mais sur ce projet, il ne pouvait pas se permettre ça. On a essayé, pourtant, mais ça ne collait pas. On a fait semblant que ça irait pendant une semaine, puis on a tous convenu qu’il fallait laisser tomber. C’était un choix difficile.”

Le cinéaste avait déjà expliqué que l’un des challenges de Gravity était de faire passer le défi technologique au premier plan : orchestrer de nombreux mouvements de caméras compliqués, filmer en fonction d’un éclairage particulier, tricher pour donner l’illusion que le duo évolue dans un espace sans gravité… Ce qui a obligé son équipe à suivre parfaitement le scénario et le story board animé. Impossible d’improviser pour Bullock et Clooney, donc, qui ont dû respecter leur texte à la lettre, ainsi que leurs “chorégraphies”.